8 avril 2015 : Conférence-débat « Les religions porteuses de paix »

D. Rapion 8 avril 2015 0

La conférence-débat« LES RELIGIONS PORTEUSES DE PAIX ? ». Il fallait être audacieux pour donner un tel titre à la conférence-débat du 8 Avril 2015, à Nantes, dans le contexte actuel. Nous avons voulu, Juifs, chrétiens, musulmans de Loire-Atlantique, poser un signe et engager un débat sur la question épineuse de la paix et la religion.

Le Rabbin, Youni Krief, invite à relever des défis : sensibiliser, instruire, former la future génération à l’amour et au respect de l’autre, combattre le fanatisme qui détruit les religions et qui consiste à « mettre Dieu à son service », dialoguer, en acceptant la différence de l’autre, en prenant le temps de l’écouter, de le connaître, de l’apprécier, tel qu’il est.

L’Evêque, Marc Stenger, constate l’actualité de la violence sous couvert d’un manteau de religion. Il invite à écarter deux approches : « nos religions sont porteuses de paix et la violence ne leur est pas inhérente » et « les religions ont la prétention de détenir la vérité et sont source de violence ». La première violence, c’est de quitter la raison. Les trois grandes religions monothéistes ne peuvent pas évacuer la violence. S’abandonner à Dieu, c’est se libérer de la violence et nous considérer les uns et les autres comme des frères. La rencontre d’Assise, avec Jean-Paul II, a redit la nature de Dieu qui est amour et l’importance de la prière pour l’édification de la paix. Tous s’adressent à Dieu pour changer les cœurs.

L’Imam, Larbi Kéchat, affirme que personne ne saurait parler au nom de Dieu. Au début de chaque Sourate du Coran, on le nomme le « Très miséricordieux ». La barbarie du siècle dernier n’a pas été provoquée par les religions. La Sourate 9, une des dernières révélées au prophète, affirme que le Djihad majeur c’est faire un « effort intérieur » et le djihad mineur, la guerre armée, n’est prévue que dans circonstances exceptionnelles. Les mots n’ont de sens que repris dans leur contexte.

Le débat animé par le journaliste Anthony Torzec a permis d’aborder des questions assez radicales : « Dans la Bible et dans le Coran, des versets ne prêtent-ils pas à confusion sur la violence ? « Les religions sont-elles des prétextes aux conflits politiques ? » « Une hiérarchie dans les religions ne favoriserait-elle pas la Paix ? » « N’y a-t-il pas aujourd’hui un extrémisme laïc ? ».

Les intervenants ont souligné l’importance de ne pas occulter la dimension religieuse de l’homme, de ne pas se servir des religions pour soutenir ses propres causes, de remettre les religions dans la sphère publique pour éviter une frustration qui entraine violence et fanatisme, d’envisager une « hiérarchie » qui ne soit pas une parole monolithique (Juifs), qui soit un principe unificateur permettant de « tenir debout ensemble dans le respect des consciences » (chrétiens), qui soit une concertation collective dans un monde compliqué(musulmans).

Cette soirée de débat entre les trois religions monothéistes était une première dans notre diocèse. Elle nous donne envie d’avancer dans la connaissance mutuelle et un dialogue « porteur de paix ».

Gérard Epiard (SRI)

 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »