5 avril 2018 : Journée de la Catéchèse à la Maison diocésaine Saint-Clair

D. Rapion 5 avril 2018 0

Pour son rendez-vous annuel des responsables de la catéchèse, le Service Diocésain de Pastorale Catéchétique (SDPC) avait choisi comme thématique : « nourrir la vie intérieure en catéchèse, quels chemins, quels enjeux ? ».

Journée de la CathéchèseIl s’agissait avec la soixantaine de personnes présentes (catéchistes, leme, APS et prêtres) d’emprunter un itinéraire catéchétique pour nourrir notre posture consistant à « ÊTRE catéchiste et non pas faire la catéchèse » selon les mots du pape François (discours aux catéchistes à Rome, 2013).

La matinée a commencé par une célébration de la Parole au cours de laquelle nos sens ont été mis en éveil ! Regard vers les vitraux, odeur de l’encens, écoute de la Parole et des chants, toucher de l’eau du baptême, du livre de la Parole que nous avons fait circuler parmi nous, nous resituant dans notre mission de transmetteurs de cette Bonne Nouvelle. Le récit de Marthe et Marie proclamé donnait le ton et la direction de la réflexion de cette journée.

Marthe et MarieLes ateliers qui ont suivi avaient pour objectif d’expérimenter par son corps, ses sens, des propositions conduisant à plus d’intériorité. Atelier Vittoz, danse méditative, marche guidée dans le jardin, contemplation d’image, musique ont permis à certains d’apprendre à mieux se connaitre, à d’autres d’oser une méthode nouvelle, de comprendre que nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes choses, que les chemins proposés doivent être divers pour respecter chacun. La lecture commentée de l’évangile de Marthe et Marie par Mireille Godin-Caillon, avec l’invitation à s’identifier aux trois personnages du récit nous a amenés à ancrer ce travail intérieur dans la Parole de Dieu. L’hôte intérieur est le Christ qui souhaite « être AVEC nous ». L’après-midi, toujours guidés par Mireille, nous a fait faire un pas de plus en prenant conscience que la rencontre avec le Christ s’opère dans nos rencontres humaines. La relecture est un moyen de regarder les traces de Dieu dans nos vies, de repérer comment il y agit. Belle expérience de relecture à deux d’un récit de rencontre, suivie à nouveau d’un approfondissement à partir des Evangiles. Cette fois c’est la parabole des ouvriers de la 11ème heure qui nous a invités à un déplacement. Dans cet Evangile, nous catéchistes, nous sommes les ouvriers de la 1ère heure devant qui le maitre verse un salaire égal à ceux de la 11ème heure. Avons-nous cette attention du Seigneur pour tous ceux qui frappent à la porte de l’Eglise ?

Expérience déroutante pour certains, prise de conscience décisive, consolidation d’une pratique pour d’autres, cette journée a redit l’importance d’être attentif à tout ce qui peut favoriser un cheminement intérieur dans les rencontres catéchétiques. Car c’est bien la mission de la catéchèse d’ouvrir un espace où peut se réaliser la rencontre du Christ : « le but définitif de la catéchèse est de mettre quelqu’un non seulement en contact mais en communion, en intimité avec le Christ » (Jean-Paul II, 1979).

Françoise Coquereau, responsable du SDPC

 

 

 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »