8 juillet 2016 : Journée « Bonne arrivée » pour les missionnaires et prêtres venus d’ailleurs à Kerguénec

D. Rapion 18 juillet 2016 0

Journée "Bonne arrivée"Un événement diocésain qui a rassemblé autour de notre Évêque, du Vicaire Général, du Vicaire Episcopal : missionnaires prêtres, religieux laïcs en congé, les prêtres arrivant pour un service pastoral d’été dans le diocèse, les prêtre Fidéi Donum travaillant dans le diocèse, les prêtres des paroisses de la côte avec les éveilleurs, délégués diocésains de la DCC et de la pastorale des migrants, les membres de la Coopération missionnaire. En plus, cette année, il y avait un groupe de jeunes Béninois, du diocèse de Parakou séjournant au diocèse de Nantes et en route vers les JMJ à Gracovie. Ils étaient une dizaine accompagné du père Benoit Luquiau. Ils ont participé aux activités de la journée. En tout nous étions entre 70 et 80.

Journée riche dans ses différentes facettes : accueil mutuel, interconnaissance, convivialité, prière… dans une ambiance fraternelle. Un moment fort vécu dans la joie de l’Evangile, sous le regard de,

DIEU QUI S’APPELLE MISERICORDE,

thème autour duquel se sont développés tous les échanges.

Partage en groupeAu moment de l’accueil : remise du badge, puis le micro en main, chacun(ne) s’est présenté(e) disant son nom, sa provenance et sa fonction.

Suivaient la réflexion et le partage en groupes, sur les expériences de miséricorde vécues, dont nous avons été témoins, dans les contextes sociaux, économiques, politiques, spécifiques à chaque pays. Le climat d’écoute, de respect et de confiance a fortement favorisé les échanges.

En plein air suivait la prière de Vêpres animée par le curé de la paroisse d’accueil.

kerguenec-2016_journee-bonne-arrivee_groupe02Après un délicieux apéro sous les beaux arbres, suivi du diner, le « self service » a permis de choisir soit la salle à manger soit dehors et de continuer à approfondir l’interconnaissance. L’équipe de l’accueil de Kerguénec se distinguait par sa présence discrète mais efficace.

Les échanges ont continué jusqu’à 21h30 puis nous étions tous invités à nous rassembler pour entrer en procession, un cierge allumé à la main, dans la salle pour une prière finale en chantant « Jubilez tous les peuples… » Chacun déposait son cierge aux pieds d’une merveilleuse icône du Bon Pasteur et autour de la Bible ainsi que sur une autre table à côté décorée de couleurs et d’objets symbolisant les différents continents.

Autel de prièreCette prière du soir était une méditation, ouverte par l’hymne à la miséricorde suivie de la lecture de passages de l’Ecriture entrecoupée de moments de silence et avec une musique de fond. Puis chaque groupe exprimait une prière qu’il avait préparée et tous répondaient par le refrain, « Ubi caritas et amor, ubi caritas Deus ibi est »… chanté, puis répété en écho en sourdine.

A 22h, voici le moment de l’envoi des prêtres venus pour le service et du groupe Jmjiste, par Mgr Jean-Paul James, qui, avec son approche chaleureuse et joyeuse qui le distingue, leur disait un mot d’invitation à vivre en miséricordieux et remettait à chacun(ne) le carnet du jubilé du diocèse. Puis, il nous bénissait tous et nous envoyait en mission.

ANNEE DE LA MISERICORDE, ANNEE DE LA BONNE NOUVELLE !

De tous ces échanges ont émergé quelques points forts. Nous en citons quelques-uns :

La miséricorde : source de renaissance de la vie chrétienne

Le pardon : source de paix

la prière : lieu de la découverte de la miséricorde de Dieu. La prière a la force de bousculer les choses (ex. lors des élections au Bénin). Nous croyons que Dieu exauce.

Avoir expérimenté la miséricorde aux moments de fragilités ou de détresse, rend soi-même miséricordieux

Les chrétiens ont pris conscience qu’ils doivent être les premiers à pardonner

En certaines circonstances, évêques et prêtres ont demandé pardon au nom de ceux dont la conduite a choqué les laïcs. Cela a beaucoup aidé les chrétiens

Importance de l’écoute miséricordieuse : elle conduit au pardon.

La miséricorde s’exprime par l’humain : l’écoute, le regard, l’accueil, le respect de l’autre différent dans l’ordinaire du quotidien.

La catholicité, une chance pour les communautés chrétiennes. « Festi-frat » moment privilégié.

 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »