Retours sur la formation 2017-2018 « Repères chrétiens en Bioéthique »

D. Rapion 7 février 2018 0

En janvier 2018, les 5 matinées entamées en octobre 2017, sur les thèmes de bioéthique, proposées par le Service diocésain de la Pastorale de la Santé sont arrivées à leur terme dans la bonne humeur.

A l’initiative du gouvernement les États Généraux de la bioéthique se sont ouverts le 18 janvier 2018, en vue de la révision de ces lois. Chaque chrétien, est appelé à s’informer, à dialoguer dans la bienveillance et à se donner le temps du discernement ; une nécessité, si l’on en juge un sondage récent où 64 % des français sondés se disent favorables à la gestation pour autrui (GPA).

Mme Marie Annick Pavageau et son mariL’église catholique, plus largement les religions, portent des valeurs qui s’accordent parfois mal aux désirs des hommes de notre temps. Comme croyants, porteurs de l’héritage que nous laissent la foi, et les axes que nous donne le magistère, nous avons à porter le souci d’une réflexion éclairée, étayée.

Apprendre à argumenter ne s’invente pas. Cette formation avait comme objectif : de donner des repères humains, spirituels et chrétiens, pour vivre ces problématiques rencontrées par l’Homme à tous les âges de la vie.

Docteur Piloquet et le Père Guillaume DannoC’est ainsi que les 27 participants, venus d’horizon fort différent comme : soignant, magistrat, prêtres, bénévoles associatifs ou responsables en pastorale santé, du monde scolaire, ont entendu les apports des intervenants « experts » sur les questions d’anthropologie humaine, chrétienne et biblique, avec le père Benoit Bertrand ; des défis de la vieillesse, avec le Docteur Piloquet et le point de vue théologique du père Guillaume Danno.
Avec Mr Jacques Ricot et Mme Marie Annick Pavageau, nous avons réfléchi aux défis que pose la question de l’euthanasie, puis le docteur Françoise Niessen, co-auteure du livre nous a rappelé le cadre légal entourant le début de vie à travers les textes du magistère, ceux du code de santé publique et de la loi française. Elle a pointé le risque d’eugénisme, et nous a engagés à promouvoir une pastorale de l’enfant à naître. Docteur Christel Le MénagerNous avons terminé ce cycle, avec le Père Laganier et le docteur Christel Le Ménager qui nous ont parlé de l’enfant qui se fait attendre avec le statut de l’embryon, et une méthode de procréation naturelle appelée « naprotechnologie ».

Traverser ces questions, balayées trop vite en 5 matinées, reste une « mise en bouche » qui nous appellent à poursuivre la réflexion, pour nous -même dans la foi qui est la nôtre, mais aussi d’un point de vue citoyen : quel société souhaitons-nous pour demain, et quel est la place de l’homme dans cette société ? Pour ce qui est du début de la vie, continuerons-nous à penser la procréation comme acte biologique, fruit de la relation d’un homme et d’une femme dans son mystère, ou comme un droit, une exigence au nom d’une justice sociale, comme « droit à produire un enfant » ?

Rendez-vous à l’automne prochain pour une nouvelle session de cette formation « Repères chrétiens en bioéthique ».

Pour l’équipe d’animation de cette formation pastorale santé : Nadine Le Gentil

 

 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »