22 septembre 2013 : Nantes – Messe pour le Bicentenaire de la naissance de Frédéric Ozanam

D Rapion 28 août 2013 0

À l’occasion du bicentenaire de la naissance du Bienheureux Frédéric Ozanam, la Société Saint-Vincent de Paul de Loire Atlantique invite à participer à une messe d’action de grâce présidée par Mgr James à 10h en la Cathédrale de Nantes. La cérémonie sera suivie d’un pot de l’amitié dans les jardins de la Psallette. 

Qui était Frédéric Ozanam ?

D’origine lyonnaise, Ozanam vient très jeune à Paris pour faire carrière dans l’enseignement. Il n’entend pas seulement affirmer sa foi dans ses paroles et ses écrits, il veut la mettre en œuvre auprès des déshérités. « Allons aux pauvres » dit-il à ses amis, qu’il entraîne dans les visites à domicile des laissés-pour-compte sur les conseils d’une religieuse de Saint- Vincent-de-Paul, sœur Rosalie Rendu.

Les Conférences Saint-Vincent-de-Paul sont fondées en 1833 et se multiplient à Paris, en province et à l’étranger. Plus encore que l’entraide matérielle, pourtant le plus souvent nécessaire, ce qui prime aux yeux d’Ozanam, c’est la rencontre personnelle, la volonté de rompre solitude et isolement. Du haut de sa chaire d’Histoire à la Sorbonne, Ozanam s’attaque au libéralisme économique, « ignominieuse doctrine » qui réduit toute la vie aux calculs d’intérêts.

” Je voudrais enserrer le monde dans un réseau de charité. “

place de la sorbonneExplication : en 1832, à une époque où de nombreux foyers souffrent du manque d’hygiène et de conditions de vie difficiles, une épidémie de choléra touche la France et fait 100 000 victimes.C’est dans ce contexte que la Société de Saint-Vincent-de-Paul est fondée, par un groupe d’étudiants en Sorbonne regroupés autour de Frédéric Ozanam. Celui-ci a l’idée de créer un groupe de jeunes catholiques « composée de braves et pieux amis, qui joignent les œuvres à la parole et ainsi affirment la vérité de leur foi par les œuvres ». Ce sera une Conférence de charité (sur le principe de la Conférence d’histoire qui rassemble de nombreux étudiants).

Ce petit groupe se réunit, sans doute le 23 avril 1833 (20e anniversaire de Frédéric Ozanam) près de l’église Saint-Sulpice, sous la présidence d’un homme très connu : Emmanuel Bailly. Avec l’aide de sœur RosalieRendu, fille de la Charité, les étudiants concrétisent leur projet. Très vite, il se place sous le patronage de saint Vincent de Paul (1581-1660), apôtre de la charité du XIXe siècle, vénéré dans toutes les couches de la société. « Pour rétablir l’ordre, la charité ne suffit pas, car elle soigne les plaies, elle ne prévient pas les coups qui les produisent. » Avec Lammenais, Montalembert, il est un bon exemple de ce catholicisme social apparu dans les années 1830. Très vite, le groupe prend son essor avec pour une double priorité : la visite des personnes et familles pauvres de Paris, et la vie spirituelle des membres. La petite Conférence d’origine, devenue Société de Saint-Vincent-de-Paul, s’implante dans de nombreuses régions de France mais aussi à l’étranger. En 1853, quand Ozanam meurt, elle est présente dans 29 pays et dans plus de 900 localités en France et dans les colonies françaises. En 1909, une branche féminine, le mouvement des « Louise de Marillac » est créé. Il a la même vocation que les Conférences Saint-Vincent-de-Paul. Ce mouvement fusionnera avec la Société de Saint-Vincent-de-Paul en mars 1969. En 1848, il fonde avec le père Lacordaire le journal L’Ère nouvelle et y préconise un programme de réformes. Il meurt à l’âge de 40 ans. Jean-Paul II l’a béatifié au cours des Journées Mondiales de la Jeunesse 1997 à Paris.

A Nantes puis dans tous le département de la Loire-Atlantique, les catholiques répondent à l’appel dès la fondation des conférences. La première s’ouvre sur la paroisse Saint Nicolas en 1837. A la mort de Frédéric Ozanam en 1853, elles sont au nombre de 14 ! Aujourd’hui, il en existe encore  20 conférences à travers le département.

Sophie Nouaille

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »