Avec les chrétiens

Que tous soient Un

L’unité visible de l’Eglise constitue l’objectif central du mouvement oecuménique. Et quoiqu’on puisse donner des sens divers à l’expression « unité visible », celle-ci implique inévitablement des relations entre Eglises chrétiennes.  C’est toute la signification du mot “oecuménisme” qu’il ne faut pas confondre avec le dialogue interreligieux.  Oecuménisme vient du grec oikoumené : “l’ensemble de la terre habitée.”

Au cœur de l’œcuménisme, il y a l’espérance. Espérance en Christ qui nous donnera l’Unité entre chrétiens. Cette espérance tire ses racines de l’Evangile « Qu’ils soient un, Père, comme toi et moi nous sommes Un. » L’abbé Couturier, initiateur de l’œcuménisme spirituel, fait écho à cette parole : « L’Esprit Saint donnera l’Unité, quand il voudra, au moment où il voudra, par les moyens qu’il voudra. » Dans notre espérance, il y a la force de la confiance. C’est Lui qui fait toutes choses nouvelles. C’est de Lui et de Lui seul que nous l’attendons. L’œcuménisme est attente. Ce n’est pas une attente comme sur un banc où l’on ne sait pas bien ce que l’on attend. C’est une attente éveillée, travaillée par l’Esprit de Dieu. Si l’Unité est toujours un don, elle exige de notre part une mise en œuvre de chaque instant. L’œcuménisme n’est pas affaire de spécialistes, un « job » exercé par quelques « mordus ». Ce que le Christ veut – l’Unité de tous ses disciples – est une immense tâche. Et cela n’est pas encore réalisé. On ne peut être chrétien sans que cela ne nous interroge. C’est donc l’affaire de tous. L’œcuménisme est mouvement et en mouvement, mais il n’est pas un monolithe. Comme l’arc-en-ciel, il a plusieurs couleurs :

l’œcuménisme officiel : les grandes rencontres de prière ou de leaders religieux,
l’œcuménisme de la recherche théologique, des colloques,
l’œcuménisme qui ne fait pas beaucoup de bruit, celui du quotidien, de la rencontre des personnes, dans les quartiers, les villes, dans les lieux de travail, dans la famille, dans les paroisses, dans les groupes de prière ou d’études de l’Ecriture. Nous en sommes certains : l’Esprit est en travail, là où « deux ou trois se  réunissent en mon nom ». Tout cela est chemin vers l’Unité.

Source :  diocèse Lausanne, Genève, Fribourg

Ensemble, les Eglises peuvent faire entendre une voix forte afin de promouvoir la paix, la justice et prendre soin de la création de Dieu.