Redécouvrir la beauté de la fraternité

D. Rapion 3 mars 2015 1

Osons la fraternitéDes adultes se préparent au baptême dans le diocèse. Certains viennent de milieux familiaux athées, ignorant tout de la foi chrétienne et de l’Église. Leur lettre à l’évêque fait le récit de leur conversion. Leurs parcours illustrent une vérité de foi : « Dieu lui-même nous a aimés le premier » (1 Jn 4, 19). Chacun de nous a de l’intérêt pour lui. Il n’est indifférent à personne.

Cette attitude du Seigneur est le point de départ de l’invitation du Pape François pour ce carême : non à l’indifférence ! « Alors que je vais relativement bien et que tout me réussit, j’oublie ceux qui ne vont pas bien. Cette attitude égoïste d’indifférence, a pris aujourd’hui une dimension mondiale, au point que nous pouvons parler d’une mondialisation de l’indifférence. Il s’agit d’un malaise que, comme chrétiens, nous devons affronter… L’indifférence envers son prochain et envers Dieu est une tentation réelle même pour nous chrétiens. » ( Pape François ).

Non à l’indifférence à l’égard du prochain ! Oui à la fraternité !
Etre fraternels selon l’Evangile, c’est avoir chassé l’esprit de domination et l’avoir remplacé par le désir d’œuvrer pour la justice et la paix.
Etre fraternels, c’est être ouverts aux autres différents, et avoir banni le sectarisme.
Etre fraternels, c’est refuser la pente de la privatisation de la vie comme refuge contre un monde froid ou menaçant ; au contraire, c’est vivre encore plus le partage, la rencontre, l’échange car ce monde en a davantage besoin.
Etre fraternels, c’est refuser les anathèmes contre le monde, les politiques, les élections et se replier sur soi ; hélas alors, « ils ont les mains pures mais ils n’ont plus de main » ( Ch.Péguy ). C’est au contraire prendre part, s’engager pour changer ce monde, et proposer la vie et la foi.
Tout cela n’est pas un programme idéal, c’est concret : de François d’Assise à Charles de Foucauld, en passant par Vincent de Paul, c’est un programme de vie. « Je vous invite, dit le Pape, à redécouvrir la beauté de la fraternité ».

Dans la tradition chrétienne, les hommes sont appelés à vivre en frères parce qu’ils sont effectivement frères. Et ils sont frères parce qu’ils sont également fils d’un même Père, qui est Dieu même. Non à l’indifférence à l’égard de Dieu ! Oui à l’accueil de Sa Parole, de Son Amour, à la Prière. Difficile amour fraternel, oui sans doute. Alors, les yeux fixés sur le Christ, retour à la Source : Dieu est Amour.

+ Jean-Paul James
évêque de Nantes

 

Partager Email Share

Un commentaire »

  1. Bruno Vacheresse 10 mai 2016 at 15 h 25 min - Reply

    Bonjour,

    J’ai filmé cette scène à Vienne (France) le samedi 12 mars sur le marché.

    La Chanteuse Flo Zink proposait aux passants des miniconcerts sous son parapluie.

    Ces 4 jeunes ont accepté l’invitation.

    Un bel échange, plein d’humour et de tendresse.

    Pour moi, une belle illustration de ce qui peut se passer quand les personnes s’abordent mutuellement sans peur et sans a priori. Quand la diversité est une richesse, c’est carrément génial !

    Il est vrai que la chanteuse, par son regard et sa présence, offre un espace relationnel de qualité.

    Il est vrai également que les 4 jeunes ont su entrer dans le jeu avec une belle spontanéité.

    Voici le commentaire rédigé par la chanteuse Flo Zink :

    Samedi matin, dans le marché de Vienne, je déambule à travers la foule sous mon Parapluie Jukebox, accompagnée par quelques membres de l’association « Une vie, un arbre » pour laquelle j’ai donné un concert dans la salle des fêtes la veille au soir. Je suis heureuse de les retrouver et de partager ce moment avec eux. Je sais que cette matinée sera pleine de surprises, d’imprévus, de regards croisés, tantôt curieux ou amusés, tantôt fuyants… j’observe la foule… attente… et puis soudain, il y a ces 4 jeunes qui s’arrêtent près de notre déambulation colorée… Ils acceptent de choisir une chanson… « Un homme, un vrai », comme par hasard… mais je ne crois plus au hasard… Je sens d’abord leurs résistances lorsque je commence à chanter… je sais que ce n’est pas facile de partager ainsi une telle intimité… et très vite, ça dialogue, ça circule, ils sont tous les quatre l’Homme de la chanson et l’incarnent tour à tour. Je suis touchée et amusée par cet échange, leur écoute et leurs réactions ! A s’amuser ainsi, est-ce qu’on ne va pas perdre le fil de la chanson… mais non, il tient bon… quel délice de pouvoir leur chanter, avec humour mais sincérité, combien les hommes sont beaux avec leurs fragilités !

    Une vidéo à découvrir et à faire partager.

    https://www.youtube.com/watch?v=xZNLWCMa6_4

    Merci… et amitiés.

    Bruno Vacheresse

Laissez votre commentaire »