La joie de la sainteté !

D. Rapion 2 mai 2018 1

Pentecôte A quelques jours de Pentecôte, voulez-vous prier pour les 180 adultes et les nombreux jeunes qui vont vivre leur confirmation ? Que demander au Seigneur pour eux et pour nous ? L’Esprit de Sainteté. Avez-vous encore un peu de temps ? Lisez la dernière lettre du Pape François sur « L’appel à la sainteté dans le monde actuel ». Celui-ci répète avec force que la sainteté n’est pas réservée à une élite. « Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve » ( n°14). Contre une sorte de médiocrité, de tiédeur, de superficialité, l’exhortation apostolique encourage, stimule. Le texte est simple. Le ton est familier. Le Pape tutoie son lecteur. : « N’aie pas peur de viser plus haut, de te laisser aimer et libérer par Dieu. N’aie pas peur de te laisser guider par l’Esprit- Saint. La sainteté ne te rend pas moins humain, car c’est la rencontre de la faiblesse avec la force de la grâce » (n°34).

Les textes sur la sainteté ne manquent pas. Alors, quelle particularité a ce nouveau texte ? Le Pape François dénonce « deux ennemis de la sainteté » qu’il a repérés à notre époque. Le premier, le gnosticisme. Il consiste à réduire la foi chrétienne à un savoir, à des raisonnements, à la prétention de maîtriser le Mystère de la foi. Bien sûr, il nous faut entrer dans l’intelligence de la foi. Mais, cela ne suffit pas : la foi chrétienne est lien intime au Seigneur et s’incarne dans l’ordinaire des jours. Un des enjeux de la sainteté, c’est d’unifier sa vie chrétienne. Un des critères qui vérifient la foi des futurs baptisés adultes, c’est l’incidence sur leur vie : « Ma vie est transformée » me disait une jeune professionnelle baptisée de Pâques. Elle commençait à marcher sur le chemin des saints.

L’autre ennemi, c’est le pélagianisme. C’est l’illusion de croire à la seule puissance de son agir, penser changer le monde et être chrétiens à la seule force de ses poignets, et parfois réduire la foi chrétienne à des valeurs. Or qui peut durer dans la foi chrétienne sans retourner à la Source, sans s’abreuver à l’Amour, la Vie, la Sainteté du Seigneur ? « Séparées de l’expérience spirituelle qui les fonde, les valeurs sont comme des fleurs coupées dans un vase », écrivait le philosophe Paul Ricoeur. Elles sont belles mais ne durent pas.

Alors, pour avancer sur le chemin de la sainteté, le Pape François nous propose une belle méditation des Béatitudes, « la carte d’identité du chrétien ». Il commente chacune d’entre elles. Et il conclut : « Réagir avec humble douceur c’est cela la sainteté ! », ou encore « Semer la paix autour de nous c’est cela la sainteté ! », ou encore « Accepter chaque jour le chemin de l’Evangile même s’il crée des problèmes c’est cela la sainteté ! ». Arrêtons-nous sur une des béatitudes qui nous attire davantage.

Chemin des Béatitudes, chemin de la sainteté, impossible sans combat : « Notre chemin vers la sainteté est une lutte constante » (n°162). Chemin impossible aussi sans prière ! A quelques jours de Pentecôte, ayant lu le texte du Pape François, nous nous unirons davantage à la prière de l’Eglise tout entière : Viens Esprit-Saint ! C’est Toi qui, des pécheurs que nous sommes, fais les saints du 3ème millénaire. Viens Esprit de Sainteté !

+Jean-Paul James
évêque de Nantes

 

Partager Email Share

Un commentaire »

  1. bureau 5 mai 2018 at 8 h 18 min - Reply

    Merci de nous signaler la lecture de ce document fort intéressant surtout dans ses derniers chapitres sur les Béatitudes .Malgré vos explications et l’apport du dictionnaire sur le “gnoticisme actuel”et le “néo pélagianisme” !le catholique moyen que je suis comprend toujours mal qui , aux yeux du Pape incarne aujourd’hui ce danger inconnu jusqu’alors “Il aimerait avoir plus de précisions et espère pouvoir les trouver . ..

Laissez votre commentaire »