“Emerveillement et Conversion” : lisez l’Encyclique du Pape François !

D Rapion 24 juin 2015 0

Cet été, lisez la dernière encyclique du Pape François, « Laudato si ». Elle a pour objet, notre terre, «  la sauvegarde de la maison commune ». La réflexion du Pape nous concerne tous : « Quelle genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui nous succèdent, aux enfants qui grandissent ? » ( n° 160 ).

Le texte est dense mais simple. Le Pape François se fait l’écho du cri de cette terre « en raison des dégâts que nous lui causons par l’utilisation irresponsable et par l’abus des biens que Dieu a déposé en elle » (n° 2). La planète terre, c’est notre maison commune : nous en avons la responsabilité. Nous devons la partager : elle ne peut être annexée par quelques-uns, dans l’oubli des autres.

 Le Pape définit alors, ce qu’il appelle « l’écologie intégrale ». Que veut-il dire ? Il ne pense pas de manière séparée, le souci de l’air, des plantes, des espèces animales, des hommes. Ce n’est pas une écologie partielle, mais intégrale. Tout est lié : notre environnement et les questions de justice sociale, l’écart croissant entre riches et pauvres. Le Pape dépasse le clivage entre l’écologie qui protège l’humain et l’écologie qui ne s’intéresse qu’à la nature, une écologie où  l’homme serait l’ennemi de la terre et où il faudrait réduire la place de la personne humaine pour sauver le monde. Le Pape vise une écologie intégrale, qui comprend «  la place spécifique de l’être humain dans ce monde et ses relations avec la réalité qui l’entoure » ( n° 15 ).

L’encyclique de François se situe dans la grande ligne de l’Enseignement Social de l’Eglise, trop méconnu des catholiques. Des initiatives sont prises pour travailler ces textes, sur les dimensions sociales, politiques, internationales, environnementales de notre vie. Pour les années prochaines, je remercie le service diocésain de formation permanente, le groupe « Paroles de chrétiens », les mouvements et paroisses, de continuer à faire connaître cet Enseignement. Mais cet été ? Je suggère de retenir deux mots  de l’encyclique : émerveillement et conversion.  Le Pape fait référence  au cantique des Créatures, écrit par Saint François d’Assise. Celui-ci s’émerveille en particulier pour « sœur notre mère terre qui nous sustente et nous gouverne ». Il nous invite à accueillir la Création comme un don. L’été est souvent un temps de repos, de dépaysement, de visites. Redécouvrir l’émerveillement devant un paysage, une œuvre d’art, la vie d’un proche. Recevoir la vie comme un cadeau. Le Père Ceyrac,  jésuite français très engagé près des enfants pauvres de l’Inde et des réfugiés du Cambodge, trouvait le moteur de son action, dans l’émerveillement pour la beauté de toute personne. Et je n’oublie pas la parole d’un mystique contemporain : « Dieu, c’est quand on s’émerveille » (Maurice Zundel). Quelle est notre capacité d’émerveillement ?

 Et conversion. Notre planète a des ressources limitées. Comment vivre ensemble dans un univers limité ? Nous avons à exercer notre responsabilité personnelle, à avoir une consommation responsable.  Vivre une certaine simplicité de vie, réfléchir nos achats, nos déplacements, notre alimentation. Le groupe « Paroles de chrétiens » de Nantes, propose sa réflexion : «Pour un engagement écologique : simplicité et justice ». Comment entendre l’appel à une vie plus simple ?

A tous, je souhaite un bon été. A la fin d’une année pastorale, je remercie les prêtres, les diacres, les personnes consacrées et les laïcs pour leur engagement au service de la mission ecclésiale et de l’Evangile.

+Jean-Paul James
évêque de Nantes

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »