Audace missionnaire et discernement

D. Rapion 24 août 2015 0

San PaoloLa période des vacances s’achève. Pour beaucoup, elle a été bénéfique. Le repos était nécessaire. Mais aussi des activités physiques, des échanges familiaux, une récollection, des lectures. Au cours de l’été, l’actualité ne s’est pas arrêtée : le climat et ses phénomènes extrêmes, les préoccupations du monde agricole et de l’industrie agro-alimentaire, les migrations qui vont s’amplifiant, les guerres dont souffrent tant de familles, en particulier les chrétiens d’Orient. Pendant les vacances, plusieurs ont cherché à s’informer : par exemple, le centre de Kerguénec dans la presqu’ile guérandaise a été très fréquenté. Sans oublier le succès de l’encyclique du Pape François « laudato si’ ».

Catholiques de Loire-Atlantique, nous vivons notre mission, pour ce monde et dans ce monde. Poursuivant la démarche proposée par la lettre pastorale, notre année se place sous le signe de l’audace missionnaire et du discernement. Audace missionnaire, d’abord. Mais pour quels motifs ? J’en relève trois :
– Si tant de nos proches sont loin de la foi chrétienne, il n’empêche que Dieu aime ce monde avec ses joies, ses espérances, ses angoisses, ses détresses. Son message de paix, de salut, de joie est pour nos contemporains. Il est actuel.
– Peut-être, y a t’il hostilité ou plutôt chez nous dérision à l’égard des chrétiens ; mais il y a souvent ignorance. Cet été, j’entendais un prêtre missionnaire parler de l’état d’esprit de jeunes chinois par rapport au christianisme. Celui-ci est vu comme une « religion de la nouveauté ». Je repensais à plusieurs catéchumènes de notre région pour qui c’est bien le cas. L’Evangile du Christ peut retenir l’attention de nos contemporains. Il peut donner sens à nos vies. Il ne s’impose pas, il se propose : c’est notre mission.
– Sans doute, y a t-il autour de nous, morosité, inquiétudes, scepticisme à l’égard d’institutions humaines ou de l’avenir de l’humanité. Certains baissent les bras. D’autres pensent récolter si peu de leurs engagements. Dans ce contexte, nous sommes porteurs d’une Espérance. A nous d’en témoigner. J’encourage à s’approprier ce thème de l’audace missionnaire : Pour que l’Evangile du Christ soit annoncé, quel désir nous habite ? Que sommes-nous prêts à donner ? À faire ou vivre différemment ? Comment comprenons-nous cet appel du Pape François à « sortir »?

Les « équipes fraternelles de foi » sont un des moyens pour réveiller l’ardeur missionnaire, et aussi les assemblées générales de paroisse. Peut-on envisager des initiatives à leur sujet ? Je trouve beaucoup d’actualité à un proverbe africain : « Si tu veux aller vite, vas-y seul. Si tu veux aller loin, allons-y ensemble ! » Ensemble, tenant compte des changements démographiques, sociaux de la paroisse, des moyens ecclésiaux, des appels entendus du Seigneur, il y a à discerner, à privilégier quelques orientations ou une initiative pour annoncer l’Evangile du Christ.

A tous, je souhaite une bonne rentrée.

+Jean-Paul James
évêque de Nantes

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »