Thomas et Nicolas, diacres… en vue d’être prêtres.

D. Rapion 26 juin 2018 0

Nicolas, Mgr James et ThomasLe samedi 23 juin 2018, à 15h, en la Cathédrale de Nantes, Mgr Jean-Paul James a ordonné Thomas Cruchet et Nicolas Harel diacres en vue du sacerdoce. Le premier se destinait à la construction de maisons en bois en Autriche, le second était professeur d’histoire au Loquidy, tous deux ont finalement accueilli un autre projet qui mûrissait depuis des années. Après une première année de discernement à la Maison Charles de Foucauld (Saint-Pern – 35), ils sont entrés au séminaire Saint-Jean de Nantes.

Ce 23 juin, entourés de leurs familles et des paroissiens qui les ont croisés dans leurs cheminements, ils ont répondu à l’appel. Dans son homélie, Mgr Jean-Paul James a insisté sur la dimension prophétique d’un tel engagement : « La foi chrétienne appelle à lâcher la préoccupation du futur et les angoisses quant à l’avenir pour nous rendre disponibles à l’irruption du Seigneur en chacune de nos vies. ». Voici un résumé de la célébration en images, ponctué d’extraits de cette homélie.

« …La seule explication à votre engagement, c’est l’histoire d’une amitié profonde entre vous et le Seigneur. Une parole intime vous a été adressée. Vous ajoutez, cher Nicolas, que c’est dans l’exercice de votre profession que le Seigneur est venu vous rattraper ! En effet, cette Parole nous rejoint à travers nos familles, nos métiers, nos engagements, notre prière. Magnifique expérience de la vocation chrétienne ! Bonne Nouvelle pour tous… »

« …Je compte sur vous, Thomas et Nicolas,  pour révéler ce trésor  qu’est la vocation chrétienne : chacun a une place dans le cœur de Dieu, l’Eglise et le monde. Je rends grâce à Dieu pour les jeunes qui entendent Son appel, qui ne le repoussent pas mais qui le laissent grandir en eux et y répondent avec générosité !… »

« …Certains penseront : oui, mais cette vocation jusqu’où va-t-elle nous mener ? L’avenir est plein d’incertitudes. Qu’y a-t-il de sûr ? Sait-on vers où on va dans le monde et dans l’Eglise ? La foi chrétienne appelle à lâcher la préoccupation du futur et les angoisses quant à l’avenir pour nous rendre disponibles à l’irruption du Seigneur en chacune de nos vies. « Nous ne sommes pas responsables de garantir le futur mais l’éternité », disait un père dominicain. C’est dans la lumière de la résurrection,  que je comprends le martyre des Saints Donatien et Rogatien, les patrons de notre diocèse qui illustrent votre faire-part. Et c’est aussi, dans la foi en la résurrection et la vie éternelle que je place votre engagement libre au célibat… »

« …Le diaconat n’est pas une année d’apprentissage pratique, pour s’exercer à célébrer des baptêmes, des mariages ou des enterrements. Non ! N’oubliez pas que vous êtes diacre et cultivez cette attitude de service pour que votre ministère de prêtre, si vous y êtes appelés, garde ce sens du service de l’Evangile, de l’Eglise et de l’humanité. Le Christ est le serviteur qui a aimé jusqu’à donner sa vie. C’est la base indispensable pour recevoir le sacerdoce… »

« …Rappelez-vous toujours une des questions de l’ordination : « voulez-vous accomplir votre fonction, avec charité et simplicité de cœur ? » Elle vise non pas d’abord des actions, des fonctions même liturgiques, mais une manière d’être. Par ce sacrement, nous sommes les ministres, c’est à dire les serviteurs de cet amour, dans nos communautés chrétiennes et auprès de tous les hommes. Plus que cela, à la suite de Saint Jean-Baptiste, nous nous effaçons devant Celui qui a aimé jusqu’au bout… »

Pour cette année de diaconat, Thomas Cruchet est nommé au service de la paroisse Saint-Pierre-de-l’Océan (St Nazaire) et Nicolas Harel à la paroisse Saint-Jean-Paul II (Nantes).

Diaporama photos

Voir les photos© Crédit photos : Vincent Gautier & Service Communication

 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »