“Je serai toujours avec toi”

D Rapion 4 juin 2012 1

Notre évêque heureux de voir tous ces jeunes fidèles à l'appel lancé!

Happy Day, jour d’allégresse et d’action de grâces pour tant de belles choses vécues et célébrées  ! Moment privilégié de rencontre entre un évêque et les jeunes du diocèse de Nantes ! Ce fut le cas pour Mgr Jean-Paul James qui vivait pour la première fois une édition Happy Day ! C’est un beau visage d’Eglise qui a été donné à voir pendant ces deux jours et « cette Eglise est belle » a réaffirmé Mgr James aux jeunes. Oui l’Eglise est belle, oui l’Espérance d’être aimé de Dieu a jailli dans les rues et sur les parvis de la ville de Nantes. Oui les quelques 3000 jeunes  venus des quatre coins de la Loire-Atlantique ont eu l’audace de témoigner  en dansant, en chantant, priant, célébrant…Happy Day, jour heureux ? Au delà encore sans doute ! L’Esprit a soufflé et nous pousse à aller au large pour témoigner des bienfaits du Seigneur  !

  Homélie de Mgr Jean-Paul James

En la Fête de la Sainte Trinité- Dimanche 3 Juin 2012
Cathédrale Saint Pierre et Saint Paul  de Nantes
Festival catholique des Jeunes de Loire-Atlantique Happy Day

 

“Je serai toujours avec toi “

« Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps ». Chers amis, cette phrase de Jésus est pour nous aujourd’hui. Quel est mon grand désir ce matin pour vous ? Que cette phrase soit gravée dans votre cœur : « et moi, je suis avec vous tous les jours ».   Mais à qui Jésus la dit-il ?

Aux disciples qui l’entourent ce jour-là, dans un tout petit pays où vit un tout petit peuple. Aujourd’hui, vous n’êtes pas forcément très nombreux à être chrétiens dans vos écoles, dans les facultés. Comme les disciples de Jésus, vous êtes traversés de questions sur votre avenir, l’avenir du monde. Vous avez des hésitations, des doutes.  Comme eux, vous êtes choisis par le Christ. Comme eux, c’est à vous que Jésus dit : « allez ! »

Que se passe-t-il pour que les disciples partent à la rencontre des autres ? Pour qu’ils viennent jusque chez nous, en affrontant les tempêtes, les moqueries, les refus ? Que se passe-t-il pour qu’ils ne se découragent au premier problème rencontré ? Dans leur cœur est gravée la parole de Jésus : Et moi, je suis avec vous, tous les jours. Une force les habite, elle ne vient pas d’eux mais du Seigneur.  Désormais, ils ne sont plus arrêtés par leurs doutes et leurs questions. Le Seigneur est là. C’est la même assurance qui habitait les membres du groupe Glorious, entendu hier : où puisent-ils la force, le courage d’être ainsi témoins avec leur talent musical ? Ils ont entendu comme nous, la phrase de Jésus : et moi, je suis avec vous tous les jours.

 Et si Jésus est là, son Père est là, l’Esprit-Saint est là. La Trinité Sainte est là, car ils ne font qu’un.  C’est le beau geste refait sur tout notre corps, au début de la messe : au nom du Père et du fils et du Saint-Esprit.  Le Seigneur est là, dans tout notre être, notre cœur, notre intelligence, nos mains, toute notre personne.   Cette grande fête de la Trinité, vous mes amis jeunes, vous la comprenez peut-être mieux que les autres, vous qui êtes tellement attaché à l’amitié, à la beauté de l’amitié. Quand on n’aime on ne peut pas être seul.   Dans chaque amour il y a toujours celui qui aime, celui qui est aimé et l’amour qui les unit. Voilà Dieu : Père, Fils, et Saint Esprit, liés par un Amour si grand, si intense qu’ils ne font qu’un. C’est Lui, Dieu Père, Fils et Saint Esprit qui vous dit : Et moi, je suis avec vous, tous les jours.  Mais chacun avec sa couleur particulière. Dieu aux trois couleurs.

Les trois couleurs symbolisant le Père, Le Fils et l'Esprit Saint

Le Père : je suis tous les jours avec toi. Tu es mon enfant bien aimé, quoi qu’il arrive ! Tu as une déception amoureuse ? Tu viens de connaître un échec ou une difficulté ?  Tu n’es pas fier un jour d’un acte posé ? Tu es mon bien-aimé, je suis là. Une jeune de 15 ans décide un jour de miser toute sa vie, sur cet amour plein de bonté du Père des cieux. Elle l’appelait : Papa, le bon Dieu. C’est Thérèse de Lisieux, mondialement connue. Elle sait la rudesse de la vie : la maman meurt jeune. Elle connait ses limites (elle n’est pas très hardie, elle a peur des araignées !), et surtout ses limites de santé. Mais elle a confiance dans le Père des cieux. Ce qui compte c’est ce que tu es aujourd’hui, que tu es aimé aujourd’hui… Ne te rêve pas. Ne te déprécie pas : tu es aimé de Dieu.  Alors Thérèse aime à son tour : ma vocation c’est l’amour s’écrie-t-elle. Au début de votre vie, vous avez plein d’ambitions pour demain, et c’est légitime. Ce matin, je vous appelle à la plus haute ambition, l’ambition de l’amour, l’ambition qui ne déçoit pas. Vivez cet amour jusqu’au pardon.

Le Fils : et moi je suis avec vous tous les jours ! Il le dit en se donnant. J’ai rencontré un témoin de la présence de Jésus qui se donne ; j’étais jeune prêtre quand j’ai rencontré le Père Ceyrac, mort cette semaine. A 23 ans, il part en Inde. En Inde, il rencontre les enfants dans la rue, dans la misère. Il s’indigne. Que faire devant tant de misère, d’injustice ?  C’était un homme de foi. Il se rappelle Jésus qui a tout donné. Alors, ce prêtre se dit : tout ce qui n’est pas donné est perdu.. Et à son tour il se donne..Je l’ai vu, il n’avait pas un sou en poche. Je lui donne un euro qui tombait de mon porte-monnaie : il me dit, avec cet euro je vais nourrir quatre enfants.. Où puisait-il sa force ? Son secret, je l’ai vu en célébrant la messe avec lui. Au moment où nous disons : « ceci est mon corps, ceci est mon sang », il pleurait …Il pleurait tellement il était touché : Jésus qui se donne était là. Le Père Ceyrac, assuré de la présence du Seigneur,  avait la même audace que Saint Martin de Tours, coupant son manteau. Il ya besoin de jeunes qui se lèvent pour changer ce monde, des jeunes branchés sur le cœur du Christ.  Il y a besoin de jeunes qui soient des parents chrétiens au cœur brûlant d’amour; il y a besoin de consacrés, de prêtres qui se donnent totalement. Ils sont là, dans notre assemblée. Au nom du Christ, je les appelle.

Et il y a la couleur de l’Esprit, du souffle de l’Esprit.  Je ne peux pas oublier la célébration vécue ici, avec les parents de Chiara Luce, cette jeune italienne  du mouvement des Focolari, décédée à 19 ans, d’un cancer des os. Ce qui m’a frappé, ce sont les photos de Chiara Luce ; son sourire rayonnant, sourire d’une jeune qui avait perdu ses cheveux, quelques semaines avant sa mort.  Comment est-il possible, pour une jeune de son âge, de vivre une telle souffrance,  en répandant de l’amour, de la paix, de la foi ?  Or, tous l’ont dit, ses parents, comme ses amis, elle rayonnait. Et leur vie à son contact, a été changée.  Où puise-t-elle la force de sourire ainsi quand elle connait la gravité de sa maladie ? C’est l’Esprit qui lui souffle les paroles de Jésus : et moi je suis tous les jours avec toi. C’est le Souffle de l’Esprit qui la pousse à ne pas se replier sur elle.

Chers amis, regardez au fond de cette cathédrale, les trois voiles aux trois couleurs, violet comme la bonté du Père qui nous aime jusqu’au pardon.   En rouge  sang, l’amour de Jésus qui se donne et te dit : donne-toi.  En orange, couleur de la fête Happy Day, du souffle de l’Esprit qui donne force et joie. C’est la Trinité Sainte  qui te dit   : « Je suis avec toi, tous les jours jusqu’à la fin des temps ».   Amen.

Monseigneur Jean-Paul James
évêque de Nantes

Partager Email Share

Un commentaire »

  1. Karina moix 6 juin 2012 at 17 h 03 min - Reply

    C’était vraiment génial, c’était ma 1ere fois que j’y allais !!! Sans connaitre personne au début et repartir en connaissant beaucoup de jeunes !!!
    C’était trop cool !!!!

Laissez votre commentaire »