Homélies de Noël de Mgr Jean-Paul James

D Rapion 25 décembre 2012 0

Ce 24 décembre 2012 en la Cathédrale de Nantes, une foule  très nombreuse de fidèles a participé à la veillée de Noël puis à la célébration de la Nativité du Seigneur. En cette nuit de Noël, Monseigneur Jean-Paul James qui présidait la messe a rappelé que Dieu venait nous manifester sa tendresse. Cet évènement va -t-il réveiller notre foi d’adulte ?  Qui sont les porteurs d’Espérance aujourd’hui ? 

Lire l’homélie du 24 décembre de Mgr Jean-Paul James  : 

Peuple fidèle, le Seigneur t’appelle : viens à la crèche ! C’est un chant de Noël. Nous allons le chanter cette nuit. Viens à la crèche ! Nos familles, nos paroisses ont réalisé les crèches de Noël. Pourquoi sont-elles si importantes ? Pour que s’inscrivent dans nos cœurs, dans nos vies, le message d’espérance de Noël. Noël, c’est une fête d’espérance : Bethléem, cette nuit, c’est cette cathédrale, c’est votre maison. Et là, dans la nuit, Dieu manifeste sa tendresse. Il se manifeste sous les traits d’un enfant. Et il attend que nous soyons porteurs d’espérance.

Dans le récit de la Nativité, Saint Luc commence en évoquant les grands hommes de l’époque : César Auguste, Quirinius. Car la naissance de Jésus, ce n’est pas une légende, un mythe. Elle se réalise à un moment de notre histoire, une période sombre. Le pays est occupé par une puissance étrangère. La première lecture parle de ce peuple qui « marchait dans les ténèbres, sous le joug et le fouet du chef de corvée ». L’occupation romaine est sans pitié ; pour sa politique fiscale, l’occupant impose un recensement. Il faut recenser les biens pour les taxer. Et quelle naissance difficile pour ce jeune couple qui attend un enfant ! Il faut affronter les routes peu sûres ; et à Bethléem, plus de place pour la future mère.  Le récit de Noël commence mal. Il résume les  moments durs, difficiles de nos vies personnelles,  familiales ou sociales ces moments où l’on a envie de dire : « S’il y avait un bon Dieu, cela n’arriverait pas ! ».  Où est la lumière ?

Elle vient à Noël. « Le Peuple qui marchait dans la nuit a vu se lever une grande lumière ». Soudain, le récit de Saint Luc adopte un autre style, on a l’impression de décrocher du réel ; tout semble merveilleux : les anges, les chants et la musique céleste… Et faudrait-il refuser la joie et la lumière de Noël ? Que veut nous dire l’Evangile ? Il nous crie : attention ! Cet enfant nouveau-né, semblable à des millions d’enfants nouveau-nés, ce n’est pas n’importe qui, c’est le Sauveur, le Messie, le Seigneur. La gloire de Dieu s’est manifestée, écrit St Paul. Au milieu de notre nuit, dans nos tentations de désespérer de l’avenir du monde, Dieu vient manifester sa tendresse. Quoi de plus beau que le sourire lumineux d’un enfant ! Peuple fidèle, dans l’année de la foi viens à la crèche ! Il faut que s’imprime dans ton cœur, dans tes yeux, dans ta vie, la beauté de la foi chrétienne. Quelle est-elle cette foi ? Sur quoi s’appuie-t-elle ? Sur de belles idées ? Des valeurs ? Une philosophie ? Non, sur une présence ! La présence d’une personne ! Le Fils de Dieu, Lumière du monde est là ; Il est présent à notre monde ! Le Mystère de la foi chrétienne,  ce n’est pas un discours, une théorie. C’est rencontrer une personne, Jésus, l’Enfant de la crèche. Nous convertir, venir à la crèche, entrer dans cette lumière qui nous met en face d’un visage,  celui de l’Enfant Jésus.

La tendresse de Dieu se manifeste à travers l’enfant nouveau-né. Et quelle est la caractéristique de l’Enfant ? Les parents ici, les grands parents le savent : L’enfant a besoin des autres. Il a besoin d’être accueilli et aimé. Il est fragile, il ne peut rien tout seul. Le premier Noël, la naissance de Jésus va passer inaperçue ;  tous sont préoccupés par leur affaire,  tous sauf les bergers. «Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu », dira Saint Jean. Quelle place l’Enfant-Dieu trouvera-t-il dans nos cœurs et dans nos vies ? Lui le Sauveur, sous les traits d’un enfant, veut agir avec nous mais Il ne peut rien sans nous ! Il nous tend les bras ; quelle sera notre réponse ?  Notre participation si belle à la messe de minuit sera-t-elle simplement un moment de nostalgie des nöels de notre enfance ?  Ou un moment de conversion, de réveil de notre foi d’adulte ? Sommes-nous disposés à laisser l’Espérance de Noël devenir notre raison de vivre ? Quand certains nous promettent la faillite financière, les autres le chômage, et d’autres encore des cataclysmes écologiques, sommes-nous prêts à devenir des messagers d’espérance ? Il est facile de décrire les misères du monde : il suffit de suivre le journal de 20 heures. Mais, aujourd’hui, il y a besoin de croyants qui, à la suite des bergers, de Marie, de Joseph, des disciples,  partagent l’Espérance de Noël, par leur manière d’agir et de vivre. Et il y en a en Loire-Atlantique et ailleurs..

Ils sont porteurs d’espérance les jeunes qui pensent leur avenir autrement que comme une course à l’argent et au pouvoir et qui souhaitent être généreux.

Ils sont porteurs d’espérance les familles, père, mère et enfants qui misent sur la fidélité, le don de soi, l’accueil de la vie, et qui par les cadeaux, vont se dire l’affection qui les unit.

Ils sont porteurs d’espérance, les adultes qui ne se résignent pas à la solitude des personnes âgées,  à la misère des sans-logis mais qui sont  des messagers actifs de l’Amour et du service des autres.

Ils sont porteurs d’espérance, ceux qui écrasés par la violence des guerres entre pays ou des conflits de voisinage ou de famille,  ne se laissent pas aller à la vengeance, et cherchent à renverser la logique absurde de la haine.

Vous êtes porteurs d’espérance, vous tous qui faîtes face aux problèmes de la vie et qui ne baissez pas les bras, vous qui gardez le courage d’ aller à la rencontre des autres.  Vous faites partie de la foule de tous ceux qui sont venus et viennent à la crèche,  joyeux de recevoir le message d’espérance de Noël et de chanter : Gloire à Dieu et paix sur terre aux hommes qu’il aime. Amen

+ Jean-Paul James
évêque de Nantes

 

Jour de Noël 25 décembre 2012

En ce 25 décembre 2012, Mgr Jean-Paul James a présidé la Messe du jour de Noël en la Cathédrale Saint Pierre et Saint Paul de Nantes.

Voici son homélie ( enregistrée par la radio Fidélité)  :

Téléchargez l’homélie écrite du jour de Noël 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »