Homélie de la nuit de Noël : “Accueillir du Christ sa Lumière, le message lumineux de Noël”

D Rapion 25 décembre 2014 0

Homélie de Monseigneur Jean-Paul James, évêque de Nantes
Messe de la Nuit de Noël  – Cathédrale saint Pierre et saint Paul

Le peuple qui « marchait dans les ténèbres, a vu se lever une grande lumière ». Ces jours-ci, des foules se déplacent sur le parvis de la cathédrale : voilà que la façade du monument s’illumine ! Couleurs chatoyantes et chaleureuses ! Profusion de lumières ! Beauté ! C’est le message lumineux de Noël, un message pour tous : la Lumière est venue dans le monde ; pour nous chrétiens, c’est le  Christ Jésus. Il nous invite à répandre Sa Lumière.

Le peuple marchait dans les ténèbres, nous dit Isaïe.  S’il marche, c’est parce qu’il n’est pas satisfait de l’endroit où il est, de ce qu’il vit ou de ce qu’on lui fait vivre. Ce peuple c’est celui dont nous faisons partie. Une faim nous tenaille, une faim que les plaisirs du monde n’arrivent pas à satisfaire : faim de dignité quand les droits élémentaires ne sont pas reconnus, faim d’amour vrai et solide dans nos familles ; faim de fraternité, de justice et de paix dans un monde de violence ; nous avons tous dans le cœur, le dramatique événement de la Place Royale. Au milieu d’évènements parfois sombres, les foules sont avides de lumière. Qui soulèvera le lourd manteau de la nuit ? Au temps du premier Noël, l’occupation romaine est sans pitié ; pour sa politique fiscale, l’occupant impose de recenser les biens et les personnes. Et quelle  épreuve pour ce jeune couple qui attend un enfant ! Il faut affronter les routes peu sûres ! Les voyages sont risqués ! Certains en profitent pour piller, rançonner, enlever ! Hélas, les personnages de la crèche ont tant de cousins aujourd’hui :  migrants, exilés, errant sur les routes de notre monde ! Je ne peux oublier qu’il y a trois mois, dans cette cathédrale, nous étions réunis autour de nos frères et sœurs chrétiens d’Orient, priant pour les exilés d’Irak et de Syrie, les enfants captifs du Nigéria  et d’ailleurs..

Dans cette nuit, une étoile discrète apparaît dans le ciel. A Bethléem, un signe lumineux est donné : une mangeoire et dans la mangeoire, un nouveau-né. Le peintre Alain Thomas, dans son magnifique tryptique de la Nativité représente l’Enfant-Dieu reposant sur la paille. Mais la paille, c’est un vrai lit de lumière. Car l’Enfant de la crèche est la Lumière venue éclairer tout homme. Cette Lumière rayonne sur les nombreux  personnages présents. Plus que cela ! La création tout entière est comme illuminée : les oiseaux dans le ciel sombre sont autant de tâches de lumière. Et voilà que des animaux cohabitent de manière étrange : le raton laveur et un toucan. Discrètement, ils évoquent la vision d’Isaïe, où le loup mange avec l’agneau, le petit enfant s’amuse près du  nid du cobra, vision d’une humanité réconciliée, grand rêve de Martin Luther King et de tous les hommes de bonne volonté. Le climat est à la paix  et à la sérénité : voilà la lumière douce de Noël.   La grâce de Dieu s’est manifestée, écrit St Paul. Au milieu de notre nuit, dans nos tentations de désespérer de l’avenir du monde, Dieu vient manifester sa tendresse. Le visage lumineux de l’Enfant soulève le lourd manteau de la nuit. Quoi de plus beau que le sourire lumineux d’un enfant ! Viens à la crèche ! Il faut que s’imprime dans ton coeur, dans tes yeux, dans ta vie, la lumière de Noël. Quelle est-elle cette Lumière ? Des valeurs ? Une philosophie ? Non, une personne ! L’Emmanuel, Dieu avec-nous. Ce n’est pas un mythe, ce n’est pas une légende. Noël, c’est rencontrer une personne, entrer dans cette lumière qui nous met en face d’un visage,  celui de l’Enfant Jésus.

Près de la crèche, l’artiste a représenté des patineurs : ils continuent leur activité comme si de rien n’était, dans l’ombre.  En effet, le premier Noël, la naissance de Jésus passe inaperçue ;  tous sont préoccupés par leur affaire,  tous sauf les bergers. Eux se sont déplacés, comme vous cette nuit. Ils ont accueilli le Christ Lumière et à peine partis, ils témoignent de ce qu’ils ont vu et entendu.  A la suite des bergers, de Marie, de Joseph, voilà notre mission : répandre la Lumière du Christ.  A quoi reconnaît-on ceux qui sont disciples du Christ ? La lumière de l’Évangile, de la foi chrétienne n’éclaire pas le monde parce que nous aurions des moyens pyrotechniques plus efficaces ! La lumière jaillit des œuvres bonnes des disciples du Christ, de la chaleur de l’amour, de l’amitié, du partage, du souci des plus fragiles de nos frères, de notre ardent désir à faire le bien. Ce qui fait réfléchir quelqu’un ce ce ne sont pas nos discours, mais une manière de vivre qui fait se poser des questions :  pourquoi vit-il ainsi ? D’où lui vient cette lumière qui semble éclairer sa vie, ses décisions, ses engagements ?   Dans les jours qui viennent, dans l’année qui va s’ouvrir, je vous appelle à répandre la lumière, à irradier le Christ.

Ils répandent la lumière, les jeunes qui pensent leur avenir autrement que comme une course à l’argent et au pouvoir et qui veulent se donner à la suite du Christ.

Elles répandent la lumière les familles qui misent sur le don de soi, l’accueil de la vie, qui par les cadeaux, vont se dire l’affection qui les unit.

Ils répandent la lumière, les adultes qui ne se résignent pas à la solitude des personnes âgées,  à la misère des sans-logis mais qui sont  des messagers actifs de l’Amour et du service des autres.

Ils répandent la lumière, ceux qui écrasés par la violence,  ne se laissent pas aller à la vengeance, et cherchent à renverser la logique absurde de la haine.

Vous répandez la Lumière, vous tous qui faîtes face aux problèmes de la vie et qui ne baissez pas les bras, vous qui gardez le courage d’ aller à la rencontre des autres.  Vous faites partie de la foule de tous ceux qui sont venus et viennent à la crèche,  accueillir du Christ sa Lumière,  le message lumineux de Noël et chanter : Gloire à Dieu et paix sur terre aux hommes qu’il aime. Amen

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »