8 janvier 2017 : Homélie de Mgr James pour la création de la nouvelle paroisse Mère Teresa en Sud Loire

D. Rapion 9 janvier 2017 0

Nouvelle paroisse Mère Teresa en Sud LoireDimanche 8 janvier 2017, au cours de la messe de 10h30 à l’église Saint Vincent de Paul à Rezé, Mgr Jean-Paul James a annoncé solennellement la création de la nouvelle paroisse Mère Teresa en Sud Loire. Elle regroupe les Communautés Locales de Saint Vincent de Paul, Les Sorinières et Pont Saint Martin.

Voir l’album photos sur le site paroissial.

Homélie de Mgr Jean Paul James

La naissance d’une paroisse nouvelle est un événement heureux. Comme dans nos familles, une naissance nous fait envisager l’avenir, l’avenir de la paroisse. Nous avons la joie de fêter cet événement le jour de l’épiphanie. A la lumière de cette grande fête, interrogeons-nous : Qu’est-ce que c’est une paroisse ? Quelle mission a t’elle ? L’équipe d’animation paroissiale donne cinq grands axes. Je vais les reprendre.

L’Evangile évoque des mages qui se mettent en route. Qui sont-ils ? Ce ne sont pas des juifs. Une étoile apparaît à l’Orient. Ils ne la connaissaient pas. Ils veulent comprendre. Alors, ils se mettent en route. Et là, Dieu se manifeste à eux, à travers l’enfant dans la crèche. L’Evangile ne dit pas combien étaient ces mages. Nous en avons retenu trois, trois comme les couleurs de peau ( blanc, jaune, noir ), trois comme les trois âges de la vie ( jeunesse, l’âge mûr et la vieillesse ). Car la lumière du Christ est pour tous les âges, toutes les cultures. Notre assemblée en témoigne. En ce début de 21ème siècle, ces rois mages sont pour moi, la foule de nos voisins du quartier de Ragon à Rezé, de Pont Saint Martin et des Sorinières, jeunes et moins jeunes, des chercheurs de sens, des chercheurs de Dieu. Dans une des orientations de votre paroisse, vous souhaitez sortir pour les rencontrer. Beaucoup de nos contemporains sont désorientés : que se passe-t-il en Irak et en Syrie ? Vers où allons-nous avec ce terrorisme menaçant en permanence ? Que peut-on espérer pour l’emploi demain ? Que dire aux gens inquiets, déroutés, vivant un sentiment d’abandon dans nos communes ? Voilà une mission de la paroisse : La paroisse, c’est le Christ qui vient au cœur des quartiers de nos villes, Jésus présent sur ce territoire grâce à vous. Il est Dieu au milieu de nous , marchant sur nos routes parce qu’il aime notre humanité : voilà le Dieu auquel nous croyons. J’ose le dire : vous êtes tous des stars, des étoiles qui guident les mages. Vous êtes appelés à guider vers le Christ Jésus. Une étoile, c’est un signe discret, infiniment respectueux. Dieu n’éblouit pas. Il ne s’impose pas. La foi ne s’impose pas, elle se propose. Proposer la Parole de Dieu, c’est une autre de vos orientations. La foi se propose par le témoignage discret, un simple sourire par exemple. Mère Teresa disait : « nous ne saurons jamais tout le bien qu’un simple sourire peut faire ».

A la crèche de Bethléem, il va y en avoir des visiteurs. Les bergers d’abord, ces pauvres qui n’avaient pas bonne réputation. Ils sentaient mauvais. Ils n’avaient pas le droit d’être témoins dans un procès. Ce sont les premiers à être accueillis. Et puis les mages, des riches qui viennent avec leurs présents. Des juifs, les bergers. Des païens, les mages. Dit autrement : tout le monde. J’aime cette tradition des crèches provençales, que vous avez peut-être dans vos maisons : on y voit tous les métiers, le meunier, la poissonnière, le boulanger. J’aime cette réunion de la famille humaine autour de Jésus. Une paroisse, c’est cela aussi, un « lieu de communion et de charité généreuse », dit le Pape François. C’est le sens de votre orientation : l’accueil fraternel. Et de la troisième : le service du frère. Tant de gens souffrent de l’isolement. « La plus grande souffrance est de se sentir seul, sans amour, abandonné de tous », écrivait Mère Teresa. Car nous avons été créés pour la relation. Nous voulons accueillir, voilà une paroisse ; c’est le beau travail des paroissiens engagés dans des associations de solidarité, de partage. Et puis chrétiens, nous ne pouvons pas vivre la foi chrétienne seuls. Nous avons besoin de nous réunir pour partager joies et difficultés de nos familles, nous entraider. Plusieurs font partie de mouvements et c’est heureux ; et si ce n’est pas le cas, à quelques mois du rassemblement diocésain JEM 2017, j’encourage la constitution de petites équipes, où on vit concrètement le souci les uns des autres, la prière, l’amour fraternel, modestement mais réellement. Et quand on sait aimé, les blessures de la vie ne nous écrasent pas.

L’évangéliste dit des mages qu’ ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. Que veut dire Matthieu ? Qu’il fallait éviter de repasser par Jérusalem pour échapper à Hérode ? Sans doute, mais plus que cela : la rencontre du Christ nous conduit à repartir sur un autre chemin, elle nous transforme, elle nous change. Ces hommes ne sont plus les mêmes. Leurs yeux, leurs cœurs se sont ouverts à La vraie Lumière. A Bethléem, ils ont accueilli l’amour et célébré l’Amour. Celui qu’ils ont adoré, c’est le Seigneur : ils lui offrent l’encens ; c’est un Roi : ils lui donnent leur or ; c’est quelqu’un aussi qui va mourir : ils remettent la myrrhe. Ils célèbrent Dieu qui s’est fait homme. C’est cela aussi une paroisse, notre Bethléem, le lieu de la célébration ensemble. C’est votre quatrième orientation : prier et célébrer joyeusement. Nous ne pouvons pas annoncer l’Evangile si nous ne sommes pas branchés, attachés à Jésus. En effet, où puiser la force de vivre l’amour dans nos familles, de rayonner la foi en actes, dans nos quartiers ou nos vies professionnelles ? Il y a besoin de communautés de foi qui se réunissent autour de l’Eucharistie. Ce que le Christ nous demande, il nous le donne, dans l’Eucharistie dominicale.

C’est une grande joie de fêter la naissance de la la paroisse Mère Teresa en Sud Loire, le jour de l’épiphanie. Une paroisse qui accueille, qui propose, qui sert ses frères, qui célèbre et qui sort vers les autres. Je la confie à la prière de Mère Teresa et je rends grâce à Dieu avec vous.

Mgr Jean Paul James
Évêque de Nantes

 

 

 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »