17 février 2013 : Vieillevigne – Appel décisif des catéchumènes

D Rapion 17 février 2013 0

Mgr James et les catéchumènesMgr Jean-Paul James, évêque du diocèse de Nantes, a présidé la célébration de l’Appel Décisif  dimanche 17 février 2013, 1er dimanche de Carême, en l’église de Vieillevigne. Les catéchumènes se sont retrouvés avant la célébration de la messe de 11h.

 

 

Mgr James et une catéchumèneEn Loire-Atlantique, une soixantaine d’adultes, qui seront baptisés à Pâques 2013, étaient appelés ce dimanche 17 février à vivre la deuxième étape de leur itinéraire catéchuménal vers le baptême : l’Appel décisif. Ils auront à répondre à la manière de Samuel, (1S 3,10) à cet appel nominal à choisir le Christ comme guide de leur vie. Leur équipe d’accompagnateurs, leurs familles et amis et leur parrain ou marraine étaient près d’eux pour les entourer, les accompagner et vivre avec eux cette étape sur le chemin vers le baptême.

« Pour l’Église, l’appel décisif est comme le moment où se cristallise toute la sollicitude qu’elle porte aux catéchumènes. L’évêque, les prêtres, les diacres, les accompagnateurs, les parrains et marraines, et toute la communauté locale, chacun à sa place et à sa façon, donnent un avis fondé concernant les dispositions et les progrès des catéchumènes. » (RICA §130[*])

Toute la communauté catholique de Loire-Atlantique était invitée à porter dans la prière ces futurs baptisés.

Le diaporama

L’homélie de Mgr James

Grâce à vous, frères et sœurs catéchumènes, nous ne pouvons pas avoir une mine de carême. Vous marchez vers le jour le plus important de votre vie. C’est notre joie de vous accompagner. Dans votre marche vers le baptême, nous vivons une étape importante. On la nomme « appel décisif et inscription du nom ». Appel mais appel de qui ? Qui vous appelle sinon le Christ Jésus lui-même.  Après avoir lu vos lettres, entendu vos accompagnateurs que je remercie, l’évêque reconnaît cet appel et vous invite à y répondre. Comment ? En inscrivant vos noms et en vous engageant avec le Christ  pour le combat de l’amour et de la vie.

Vous venez des quatre coins de la Loire-Atlantique ; vous êtes si différents : certains sont étudiants, d’autres ouvriers dans le bâtiment, informaticiens, infirmières ou aides-soignantes, enseignant ; d’autres sont retraités. La majorité d’entre vous a environ trente ans, mais il y a des plus jeunes et des plus âgés ! Qu’est-ce qui vous réunit ? Le Christ Jésus ? Oui, mais encore ?  Le souvenir d’un homme mort il y a deux mille ans ?   Pas besoin d’être chrétien pour savoir que Jésus est mort. Les historiens le disent. Alors quelle est notre particularité ? Un converti comme vous, Saint Augustin dit : « la foi des chrétiens, c’est la résurrection du Christ ». C’est l’appel d’un vivant qui nous réunit, le Christ Jésus ressuscité et vivant, qui appelle des hommes et des femmes aujourd’hui.

Mais comment s’y est-il pris pour vous appeler ?  Vous ne l’avez pas inventé ou imaginé. Comment ? Vous l’écrivez.  Pour l’un d’entre vous, cela s’est passé dans une école catholique alors qu’il était plus jeune. Je cite : « c’est là que j’ai commencé à connaître l’histoire de Jésus. Au fur et à mesure que je découvrais le Christ, mon admiration pour lui ne faisait que grandir. Je me suis senti attiré par lui. Dans mon for intérieur, quelque chose me disait de suivre cet homme, de suivre le chemin qui mène à lui ».  D’autres parlent d’une sœur, un conjoint, un prêtre, de la naissance, du baptême ou de la catéchèse de leur enfant. Et quelle délicatesse du Seigneur qui prend son temps. Certains évoquent des longs parcours. « Il y a 12 ans, j’ai rencontré mon futur mari ; c’est grâce à lui que j’ai ouvert mon cœur à Dieu.. Cela ne s’est pas fait en un jour mais au fil du temps, j’écoutais mon mari me parler de Dieu ».

La Parole de Dieu, une parole d’amour est arrivée à votre oreille, et est descendue dans votre cœur. C’est là que se décide le choix, un choix mystérieux :  le Seigneur te murmure : « veux-tu être mon disciple ? veux-tu être mon enfant ? ». Et vous avez répondu oui.  C’est descendu de la tête au cœur. Car la foi chrétienne, ce n’est pas d’abord des idées, des valeurs, une théorie. C’est un choix, une décision, un oui, une confiance faite au Christ. Du fond de notre cœur, nous décidons de faire confiance au Christ, à sa parole.  Voilà notre foi ! Et dans « l’année de la foi », nous avons cette chance d’entendre, de réentendre proclamer le cœur de notre foi, dans la deuxième lecture. Il faudrait apprendre par coeur cette phrase écrite par St Paul, car elle résume l’essentiel :  « si tu affirmes de ta bouche que Jésus est Seigneur, si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé ». C’est le cœur de notre foi.

Chers catéchumènes, en pensant à votre histoire, vous pourriez vous dire : est-ce que je ne suis pas devenu fou ? Est-ce que je ne me trompe pas ?  Ceux qui vous accompagnent attestent. Ils écrivent à l’évêque et témoignent. Je cite une lettre d’accompagnatrice : « j’ai été frappée par son désir de vouloir mettre en application dans sa vie quotidienne, les enseignements qu’elle tirait de ses lectures de la bible. Et elle a fait une démarche de pardon avec un membre de sa famille ». Ou encore, pour un autre d’entre vous : « nous avons vu une métamorphose dans son comportement ; il le reconnaît lui-même d’ailleurs et ses amis s’en étonnent. Il est plus serein, moins impulsif. Il devient un catalyseur dans la cellule familiale. Il est en paix ».  Car demander le baptême cela change une vie !  Est- ce que cela veut dire que vous vivez une sorte de conte de fées ? assurément non. La vie après le baptême continue. Je me souviens de la confidence d’un jeune baptisé : « j’aurais bien voulu qu’après mon baptême, les gens me disent : « mais, Éric, on ne te reconnaît plus. J’ai parfois l’impression qu’on me reconnaît trop bien ». Oui, la vie continue, avec ses tentations et ses épreuves. Avez vous remarqué que dans l’Evangile, Jésus est tenté APRES son baptême ;  c’est la vie habituelle de tous les serviteurs de Dieu, d’être tenté, de vivre des combats.  Choisir le Christ, choisir de mettre notre confiance en Lui, de rejeter les idoles du monde moderne, c’est un combat.  Mais ces combats,  nous ne les vivons plus de la même façon ; quelqu’un est là, le Christ Jésus qui vous répète :  tu n’es plus seul, tu fais partie de la famille, tu as une communauté autour de toi !!! Et puis, l’Esprit vous  pousse à proclamer notre foi, celle que les baptisés ont dit il y a un instant. Chers catéchumènes, voulez-vous essayer de la proclamer avec tous les baptisés qui vous entourent : « si tu affirmes de ta bouche que JESUS EST SEIGNEUR, si tu crois dans ton cœur que DIEU L’A RESSUSCITE D’ENTRE LES MORTS, alors tu seras SAUVE ».

 

 


[*] RICA : Rituel initiation chrétienne pour adultes

 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »