Dieu intimement présent

D. Rapion 2 janvier 2018 0

« Priorité Jeunesse de l’Église » : mais quelle est cette jeunesse ? Quelles sont ses attentes, ses aspirations ? Comment perçoit-elle la présence de Dieu à ses côtés ? Témoins privilégiés du cheminement des plus jeunes, l’Évêque et ses vicaires reçoivent régulièrement des courriers de futurs confirmands qui présentent en quelques lignes, parfois empruntées, leurs raisons de croire et de vouloir résolument suivre le Christ. Voici quelques-uns de ces « actes de foi », extraits d’un travail de la Conférence des Evêques de France, réalisé en 2016..

confirmation« Je pense sincèrement que Dieu et Jésus sont parmi nous et nous aident à avancer. C’est pour cette raison que je souhaite faire ma confirmation. Je veux m’affirmer en tant que chrétienne et vivre un maximum de jours de ma vie main dans la main avec Jésus et Notre Père ».

« C’est la première fois qu’en posant ma vie à plat et en expliquant à quelqu’un mon parcours dans la foi, je me rends compte que Dieu a toujours été près de moi ».

« J’ai treize ans et une enfance douloureuse. Mes parents ont divorcé et mon père m’a enlevé. Le Seigneur est très important dans ma vie, je suis sûr que c’est grâce à lui que j’ai été retrouvé. Aujourd’hui, je vis avec ma mère. Aujourd’hui, je suis prêt à faire des sacrifices pour Dieu, j’ai renoncé à une compétition internationale pour préparer ma profession de foi. Faire ma confirmation sera une façon d’affirmer et de renforcer ma volonté de vivre auprès du Seigneur et de faire un peu plus partie de la grande famille des chrétiens ».

« Je suis sur le quai avec les confirmands, j’ai peur de monter dans le navire, j’ai souvent le mal de mer et un peu la flemme de hisser les voiles et il y a du travail à bord. Parfois j’hésite même à aller me cacher dans un des cafés du port… Mais pourtant, je sais au fond de moi que je vais monter dans ce bateau, que je vais partir au large et que ce départ sera sans doute la plus belle chose qui me sera arrivée dans la vie ».

« Il a souvent fallu que je reste discrète, car dans ma famille, personne ne pratique la religion. Plus jeune, je subissais des commentaires parce que j’allais seule à la messe ou que je priais le soir… Puis, mes proches ont dû faire face à une série de deuils. Là, tout le monde flanchait, moi j’avais la force et cela étonnait compte-tenu de mon jeune âge. Je sentais que j’avais quelque chose de plus qui m’aidait énormément, ma foi. Afin de les aider eux aussi, j’ai arrêté de la cacher ».

Ces phrases ont été écrites par des jeunes en âge scolaire et aussi de jeunes adultes recommençants. Tous reconnaissent que l’Eglise promeut des valeurs que la société a oubliées ou dont elle n’a même plus idée. Les courriers débutent presque toujours par une présentation personnelle, de la vie de foi, pour évoquer ensuite ce qu’ils espèrent de la confirmation et les souhaits de.

 

Propos recueillis pas Isabelle Nagard
ELA n°77 – décembre 2017

 

 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »