Migrants de « Jeanne Bernard » : une solution à trouver ensemble

D. Rapion 8 mars 2019 0

Xavier Brunier et le père François RenaudJeudi 7 mars 2019, le Père Francois Renaud, Vicaire général et Xavier Brunier, Délégué épiscopal à la diaconie ont convié la presse pour évoquer l’occupation du gymnase de l’ancien lycée Jeanne Bernard à Saint-Herblain. En effet, devant les conditions d’occupation, et les risques présentés pour les personnes, le Diocèse avait engagé une procédure de référé  auprès du Tribunal d’Instance demandant l’évacuation des locaux.  Le jugement a été mis en délibéré au 28 mars. Le Diocèse continue cependant à œuvrer pour qu’une solution soit trouvée afin d’offrir un hébergement digne au plus grand nombre. L’Eglise catholique sait et a toujours dit, qu’à elle seule, elle ne peut trouver une solution pour les personnes présentes. Seul, un partenariat avec les représentants de l’État et des collectivités territoriales, et aussi un engagement des habitants à l’égard des personnes à la rue, aideront à résoudre ces situations dramatiques.

Le communiqué


A propos du squat du gymnase Jeanne Bernard

Logo diocèse de NantesLe 26 octobre dernier, environ 60 personnes migrantes se sont introduites dans le gymnase de l’ancien lycée Jeanne Bernard à St Herblain, propriété du Diocèse, fermé depuis six années. Cette occupation appuyée par des collectifs d’aide aux migrants était présentée comme temporaire. Le Diocèse a immédiatement engagé des discussions avec les collectifs, l’État et les collectivités territoriales pour rechercher des solutions. Progressivement, plus de deux cents personnes, se sont installées dans des conditions de promiscuité, d’insalubrité, d’insécurité et de risques sanitaires particulièrement difficiles.

Devant ces conditions d’occupation, et les risques présentés pour les personnes, le Diocèse a engagé une procédure de référé auprès du Tribunal d’Instance pour l’évacuation des locaux. Le jugement a été mis en délibéré au 28 mars.

Le Diocèse continue cependant à œuvrer pour qu’une solution soit trouvée afin d’offrir un hébergement digne au plus grand nombre. Parmi les solutions envisagées, avec le concours de la Mairie de Nantes, le diocèse travaille sur un projet d’accueil pour 70 personnes.
Convaincu que cet accueil de personnes particulièrement fragilisées nécessite du temps et une écoute personnalisée, le diocèse de Nantes s’implique depuis de nombreuses années dans cette cause qui relève de sa vocation profonde. Les paroisses, congrégations religieuses, le Service diocésain de la pastorale des migrants et de nombreuses associations (Secours Catholique, Conférence Saint-Vincent, JRS Welcome, l’Accueil d’abord, Le logis Saint-Jean…) accompagnent des personnes et familles en grande précarité, migrantes ou non, et contribuent à leur intégration, en collaboration avec d’autres associations non-confessionnelles tout aussi nombreuses et soucieuses de leur bien-être et de leur devenir. Le diocèse est convaincu que le dialogue, la solidarité et les « petits pas » de chacun peuvent améliorer la situation qui n’a pas d’issue immédiate et collective.

L’Eglise catholique sait et a toujours dit, qu’à elle seule, elle ne peut trouver une solution pour les personnes présentes. Seul, un partenariat avec les représentants de l’État et des collectivités territoriales, et aussi un engagement des habitants à l’égard des personnes à la rue, aideront à résoudre ces situations dramatiques.

Contact : Xavier Brunier,
06 68 91 30 25

Télécharger le communiqué


 

 

Partager Email Share

Laissez votre commentaire »