Migrants à Nantes : Accueil ? Rejet ? Indifférence ?

MB 25 juillet 2018 2

Migrants au square DaviaisNous sommes témoins de la présence de nombreux migrants sur Nantes avec un campement qui s’était installé récemment square Daviais après plusieurs expulsions de squats.

Le 23 juillet, suite au jugement en référé quelques jours auparavant, la police a procédé à l’évacuation de ce campement. Environ 450 personnes vivaient sous des tentes dans des conditions d’hygiène et de salubrité qui ne respectaient pas la dignité  que l’on peut espérer pour tout homme (une toilette et une fontaine à eau…). Le diocèse, avec des associations au service des migrants, a essayé d’apporter une contribution à la résolution de cette situation. C’est dans cet esprit qu’une lettre avait été cosignée avec la Mairie de Nantes et des associations, demandant un rendez-vous à Mme la Préfète.

Avec le Secours Catholique, le Secours Populaire, le Diaconat Protestant nous avons été reçus par la préfète et ses collaborateurs. Nous avions compris que les demandeurs d’asile seraient hébergés mais pas les déboutés du droit d’asile. L’État disposait de 80 places. L’Église Catholique a proposé de mettre à disposition un lieu permettant d’héberger transitoirement 50 personnes et le Diaconat Protestant une dizaine. Ceci intéressait vivement la préfecture dans un premier temps. Mais finalement, ces propositions n’ont pas été retenues. La Mairie de Nantes va accueillir 60 personnes. De même qu’elle fournit 600 repas par jour avec l’aide de la Croix Rouge et du Secours Populaire. (Je profite de cet article pour faire appel à des personnes qui pourraient soutenir les bénévoles du Secours Populaire et de la Croix Rouge pour la distribution des repas entre 19h30 et 22h Allée Baco à Nantes jusqu’à fin août. Il est nécessaire de s’inscrire au 02 40 74 14 14.)

En résumé, des associations, dont l’Église Catholique, ont souhaité se mettre en appui de l’État dont les représentants disent  manquer de moyens pour héberger les personnes qui demandent l’asile à notre pays. Il est très regrettable que les propositions  faites par les Églises aient été refusées, même si elles ne pouvaient couvrir tous les besoins. Ne pas héberger les demandeurs d’asile, c’est les obliger à créer des squats ou vivre à la rue.

Que nous enseigne le Christ ? Rejet, indifférence, Accueil ? Chacun de nous peut chercher en vérité dans sa Parole et ses gestes, ce qu’il convient que nous fassions individuellement et collectivement comme disciple du Christ.

Xavier Brunier,
Délégué Épiscopal à la Diaconie

Partager Email Share

2 de commentaires »

  1. G 1 août 2018 at 12 h 16 min - Reply

    Merci Xavier pour ce mot d’explication. Je suis très touchée par les actions mises en places par le diocèse pour venir en aide aux démunis.

  2. Bouli Thomas 30 juillet 2018 at 15 h 14 min - Reply

    Bonjour ,

    Le collectif Afrique Loire est très touché par ce message qui réveille notre propre amertume face à l’ostracisme quant à notre modeste contribution d’humains , de nantais et d’ africains. J’ espère avoir l’occasion d’ échanger avec vous 06 60 56 96 14 Cordialement

Laissez votre commentaire »